Le ciel et la terre te renferment-ils puisque tu les
con-
tiens?
Photo le 21-02-12 à 11.23 #2.jpg

Ce dernier spectacle dirigé par Félix-Antoine Boutin s’intéresse à la dévotion et à la notion de sacrifice dans une perspective de reconnexion avec une intimité globale disparue. George Bataille développe dans sa Théorie de la religion le principe d’intimité comme d’un monde égaré et invisible dont les individus et les objets ont été arrachés au profit du monde utilitaire. En sacrifiant l’individu ou l’objet, nous le rendons à sa nature profonde, à son intimité. 

 

Cette notion de sacrifice se développera à travers divers personnages qui tenteront d’atteindre un réel qui les dépasse. Ils se donneront entièrement ou partiellement à l’inconnu, à l’invisible, au vide, à la Beauté dans son sens le plus vaste et insoluble. La pièce sera construite comme un florilège de courts sacrifices, de prières à personne, d’apparitions divines presque imperceptibles.  Une juxtaposition de moments simples qui laissent une beauté magique entrer dans le réel, par exemple: une douce brise qui agite un rideau et qui ouvre, l’espace d’un instant, à un monde dissimulé et impalpable. 

 

Loin de vouloir faire l'apologie ou le procès de quelconque religion ou pensée ésotérique, l'objectif de cette recherche réside dans la volonté de comprendre cette sensibilité invisible qui fait que l’on peut choisir une vie qui tend vers quelque chose d’immatériel. Cette question dépasse la théologie et peut, par exemple, s’appliquer au fait que l’on crée de l’art depuis les premières traces connues d’humanité. Nous considérons nous-même l’art et ses différents médiums comme quelque chose de plus grand que nous. Nous essayons de le toucher en plaçant à chaque création quelques briques d’un château infini et intemporel où s’additionnent les œuvres et les sensibilités des artistes qui nous ont précédés et qui nous suivrons. Nous voulons insuffler cette sensibilité à l’intérieur de personnages qui façonneront une matière vers l’inatteignable avec le seul fait de croire en cette matière comme fondement. Des personnages qui échouent, qui cherchent, qui osent entrer dans les abîmes, dans le vide des espaces intérieurs, où il n’y a peut-être pas d’issues. 

 

Pour fabriquer, définir et transposer ce délicat tissage de matières à dévotion et d’abîmes, nous feront des ateliers avec  cinq interprètes afin de créer des fragments de sacrifices dans l’action. Le compositeur Christophe Lamarche accompagnera de manière importante cette recherche étant donné notre volonté que la musique occupe une place considérable dans cette création. La musique est un médium d’une pénétrante abstraction, qui peut atteindre les niveaux de sensibilité et d’invisible qui sont essentiels à cette proposition. Nous travaillerons ensemble des mouvements musicaux qui métamorphoseront sensiblement la réalité, qui attesteront le désir des personnages d’atteindre le divin, et ainsi créer un poème lyrique sur la dévotion. Le sacrifice intrinsèque à la dévotion est ce qui active notre démarche, qu'il soit motivé par Dieu, l'Art ou la gloire de la Nature. Ce que nous voulons représenter sur scène est l'expression active de la dévotion et du sacrifice.


 

Création en cours

Félix-Antoine Boutin